Du passé au présent


La Vallée du M’Zab dessine une route commerciale nord-sud à travers le Sahara. Les peuples l’ont empruntée depuis des temps immémoriaux, comme en attestent les inscriptions sur les rochers datant de l’âge du bronze. Un groupe de Berbères fut converti à l’islam par les Ibadites, première secte à se séparer des Berbères. Pour fuir les persécutions, ils s’installèrent dans la Vallée du M’Zab au Xe siècle, concevant et construisant une série de villes fortifiées et élaborant un style de vie qui a perduré, grâce à un conseil fédéré qui conserve les lois islamiques et civiles, et grâce à son isolement géographique et intentionnel.

Une mosquée trône au milieu de chacune des cinq villes fortifiées originelles (ksour). La place du marché est également au centre de la ville et les marchands sont en général des hommes. Les maisons sont disposées tout autour en cercles concentriques et sont construites selon les mêmes dimensions et la même configuration, illustrant une organisation égalitaire. Les maisons sont le lieu où vivent les femmes, particulièrement dans les cours couvertes qui offrent intimité et aire de jeux pour les enfants. Selon la tradition, les femmes se couvrent quand elles sortent de la maison pour les courses de la famille ou les visites. Elles marchent le long des ruelles sans noms qui serpentent comme des sentiers, portant de longs habits blancs ne découvrant que l’œil gauche. Les maisons sont décorées de couvertures et de tapis aux motifs très élaborés, en général seuls ornements de la maison. L’habillement et les cimetières suivent la même ornementation minimale et créent un sentiment d’harmonie.

Ghardaia est la plus grande des cinq villes, ou ksar ; les quatre autres ont leur propre caractère. Collectivement elles portent le nom de Pentapolis (cinq villes, toutes construites entre 1012 et 1350). La température moyenne en juillet y est d’environ 36,3 °C (97,30 F), avec un maximum de 48 °C (118 °F). La région reçoit peu de pluie mais connaît de fréquentes tempêtes de sable.

Le ksar (ville) illustre l’ordre social. Les paysages urbains sont situés sur des crêtes rocheuses, les maisons sont regroupées les unes contre les autres harmonieusement et s’étagent en terrasses. En haut, le minaret saillant annonce de très loin la présence de la ville et symbolise sa protection et son système nerveux. L’ordonnance et l’apparence compacte de la ville expriment la cohésion de la société, ville cohérente et ordonnée dans laquelle les parties se rassemblent pour former un tout unifié.

M'Zab interior

Vendeur en costume local dans une rue pavée, devant un étal en bois et plâtre proposant des légumes, des condiments et des articles ménagers, 1892.

Adler Collection 04001700
Archives nationales d’anthropologie
Smithsonian Institution


cushion

Housse de coussin

Laine de chèvre
Catalogue No. EJ10013
Anthropologie, Musée National d’Histoire Naturelle/
National Museum of African Art
Smithsonian Institution

Architecture


Sud Algerie Mars

Phr61

Autorisation selon les termes de la licence générique Creative commons 2.0


Dans le vaste océan de sable du Sahara, les matériaux de construction sont limités. Le calcaire et les rochers sont présents en quantité, de même que les poutres en bois de palmier et les briques de boue. Le mélange de sable, d’argile et de gypse utilisé sur les bâtiments contribue à leurs formes arrondies. Les formes sont recouvertes de plâtres locaux.

Ici l’architecture doit adoucir la rudesse de l’environnement. Les fenêtres sont petites et soigneusement placées. Les cours facilitent la circulation de l’air. Les hauts murs ombragent les rues et les allées. Les murs épais restent frais pendant la journée et conservent la chaleur la nuit. Parfois le rez-de-chaussée est creusé dans le roc.

Malgré l’autorité stricte imposée par l’idéal social de rationalité et de fonctionnalité dicté par la sévérité de l’environnement, l’architecture du M’Zab possède un certain nombre de traits distincts. L’espace urbain du M’Zab se présente dans un ordre bien défini avec un style spécifique purgé du superflu et avec une efficacité aussi remarquable que la simplicité de son art.

La Mosquée: c’est le bâtiment le plus important de la ville. Elle est impressionnante par sa taille et sa position dominante. Elle structure et ordonne la ville d’un point de vue morphologique. C’est le cœur de la ville et son minaret en est le point focal.

Les Maisons: les maisons entourent la mosquée, ce qui impose la structure de ces villes. L’espace intérieur est structuré selon le même principe, de simples cellules combinées en réseau. La maison est reliée à l’espace public (via un cul-de-sac ou une rue) par une entrée en chicanes. Ce foyer traditionnel protège l’intimité de ses résidents dans une région ou la vie est censée être en même temps commune et privée. Dans chaque maison, les pièces des hommes et des femmes sont strictement séparées et possèdent leurs pièces de réception attitrées. Les femmes utilisent les toits en terrasses. Le patio est le centre de la vie dans la ville, et l’élément sur lequel la division des espaces et des fonctions est fondée. Une ouverture centrale dans le plafond permet à l’air de circuler dans la maison et assure l’éclairage. Le tisefri, ou salon des dames, ouvre sur cet espace. Il contient un coin cuisine et des salles de bains. Des marches mènent à l’étage supérieur qui s’ouvre sur le portique (ikomar). L’étage s’organise de la même façon que le rez-de-chaussée, avec un espace central ouvert équipé de portiques et orienté est-ouest.

La Place du Marché: c’est le centre des activités de la ville et souvent un magnifique espace public. Comme la place du marché est un lieu d’affaires, de bruit et de grande animation, elle est délibérément située à la périphérie de la ville. Cette position est pratique car la livraison des marchandises demande une facilité d’accès, mais elle reflète également la division sociale de l’espace entre le privé et le public, et entre le sacré et le profane.

Les Portes et les Murs: les villes sont protégées par des murs et des tours de guet. Les portes de la ville sont le point de départ des rues vers l’intérieur de la ville et des routes vers l’extérieur. Voici un type de bordj (tour) avec un espace d’observation en hauteur pour les gardes et une porte en bas.

Les Palmeraies: en été, les familles se rendent dans les palmeraies (source importante de revenus) irriguées, plus fraîches, plus éloignées dans la vallée mais toujours à proximité des villes. Les maisons d’été sont plus informelles et possèdent des jardins de fruits et légumes qui poussent à l’ombre des grands palmiers dattiers.

Au Sahara, l’eau est importante et les systèmes complexes qui captent et distribuent l’eau dans ces oasis construites, édifiés il y a bien des années, fonctionnent toujours. La vallée connaît des inondations tous les trois à dix ans. Un grand réseau de canaux, jardins clos, galeries souterraines, puits, ruisseaux artificiels ou fossés d’irrigation (seguia), levées, digues et barrages est élaboré pour retenir l’humidité dans le sol.

Les populations de la Vallée du M’Zab ont créé de magnifiques oasis dans l’un des climats les plus rudes de la Terre. Cette vie ordonnée dure depuis que les établissements furent planifiés et construits il y a des siècles.

Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard

Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard

www.AfricanWorldHeritageSites.org

L’avenir


La Vallée du M’Zab est un modèle important de planification urbaine, aussi le Bureau de protection et de promotion travaille non seulement à préserver ses structures et ses systèmes mais aussi à maintenir des bases de données pour la recherche aussi bien en Algérie qu’à l’extérieur. Ces établissements ont influencé non seulement les concepteurs et urbanistes arabes mais aussi les grands architectes internationaux des siècles derniers. Des règles bien précises aident à maintenir l’uniformité et la simplicité des formes tout en réduisant les tensions entre voisins.

En 1970 un Atelier d’études a été créé, non simplement pour la restauration mais aussi pour proposer des lois qui protégeraient ce patrimoine inestimable, et promouvoir l’artisanat local et sensibiliser le public.

La population s’est déplacée et de nombreux résidents non ibadites ont construit des maisons en dehors des murs de la ville. Les influences occidentales, les médias étrangers et les produits de consommation se répandent dans la région. Une source d’inquiétude pour les écologistes est la difficulté de concilier l’installation d’équipements de base, comme la plomberie ou l’électricité intérieures, avec le caractère des maisons sans le détruire.

Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard

Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard


Dr. Howard Photo

Photo: Dr. Peter Howard

www.AfricanWorldHeritageSites.org

Écoutez ce que les êtres humains du monde entier ont à vous dire sur ces sites remarquables. En avez-vous visité certains, ou voudriez-vous le faire? Participez aux échanges sur le site Internet ou téléchargez l’application depuis iTunes ou Google Play.


iPhone


Android

Télécharger les Histoires de Patrimoine Mondial App


Découvrez 10 histoires issues de la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, la liste des sites naturels et culturels les plus extraordinaires du monde.


Écoutez ce que les habitants et les visiteurs vous disent de la beauté et de l’importance de 10 des sites naturels et culturels les plus extraordinaires du monde, inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En avez-vous visité certains, ou voudriez-vous le faire? Participez aux échanges grâce à cette application.

Pour le 40e anniversaire de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, et pour mettre en œuvre ses objectifs, la Smithsonian et l’UNESCO se sont réunis pour produire l’application et le site Internet Histoires du matrimoine mondial. Rassemblant 189 pays pour protéger collectivement notre patrimoine commun extraordinaire et universel, cette convention est l’instrument juridique international de sauvegarde le plus performant qui existe aujourd’hui, et le seul qui établisse un lien, dans un seul texte, entre les concepts de conservation de la nature et de sauvegarde des biens culturels.

La convention est un instrument essentiel pour agir concrètement en sauvegardant des sites menacés et des écosystèmes en danger. Nous espérons que vous soutiendrez son action si importante en ajoutant vos voix au projet Histoires du patrimoine mondial!


Parler

Avez-vous visité un site du patrimoine mondial? Voudriez-vous le faire? Nous vous invitons à partager vos histoires et vos réflexions sur ces sites culturels majeurs fantastiques.

Écouter

Écoutez les gens du monde entier partager leurs souvenirs, leurs réflexions et leurs expériences sur ces sites su patrimoine mondial. Et puis ajoutez vos propres histoires.

Télécharger sur un iPhone

Partagez et écoutez n’importe où. Où que vous soyez dans le monde, vous pouvez vous joindre à la conversation grâce à notre appli iPhone. Téléchargez-la depuis iTunes aujourd’hui.


iTunes

Télécharger sur un Android

Partagez et écoutez n’importe où. Où que vous soyez dans le monde, vous pouvez vous joindre à la conversation grâce à notre appli Android. Téléchargez-la depuis Google Play aujourd’hui.


Google Play

Télécharger les Histoires de Patrimoine Mondial App


Découvrez 10 histoires issues de la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, la liste des sites naturels et culturels les plus extraordinaires du monde.


Écoutez ce que les habitants et les visiteurs vous disent de la beauté et de l’importance de 10 des sites naturels et culturels les plus extraordinaires du monde, inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En avez-vous visité certains, ou voudriez-vous le faire ? Participez aux échanges grâce à cette application.

Télécharger sur un iPhone

Partagez et écoutez n’importe où. Où que vous soyez dans le monde, vous pouvez vous joindre à la conversation grâce à notre appli iPhone. Téléchargez-la depuis iTunes aujourd’hui.


iTunes

Télécharger sur un Android

Partagez et écoutez n’importe où. Où que vous soyez dans le monde, vous pouvez vous joindre à la conversation grâce à notre appli Android. Téléchargez-la depuis Google Play aujourd’hui.


Google Play

glyphicons_390_facebook glyphicons_392_twitter